• 28.03.2020

    Approche thérapeutique 2

     

    La thérapie est un récit qui pose questions.

    Dans toutes les approches thérapeutiques, et peut être plus que jamais dans la méthode hypnothérapeutique, le récit du sujet a la toute première place . Je dirai même qu’il n’y a pas de place pour autre chose . Lorsque nous lisons et que nous avons une approche centrée sur le texte, nous recevons les mots sans les interpréter, nous laissons ressentir en nous leurs effets . Il en est de même dans le rapport thérapeutique en hypnose . Lors de la phase primordiale dans laquelle le sujet va nous révéler comment il perçoit le changement d’état, l’état désiré en quelque sorte, nous allons devoir sortir de toute volonté d’interprétation . Nous allons alors porter notre attention sur l’instabilité du sens, qui fait partie de la manière dont le langage fonctionne . Chaque mot est arbitrairement lié à son sens . Le mot c’est le signifiant, il appartient au conscient, le sens c’est le signifié il symbolise l’inconscient . En d’autres termes , la réponse énoncée  par le sujet, dans un premier temps, à la question « quel est l’état désiré » émise par le thérapeute, est une structure de surface, c’est-à-dire qu’elle est incomplète, il nous faut donc pouvoir accéder à la structure profonde . C’est à travers le questionnement de précision que le sujet va avoir accès inconsciemment à la structure profonde de sa pensée, c’est ce que Bandler et Grinder ont mis au point en décryptant les programmes de langage liés à la généralisation et la précision . De la même manière que le lecteur participe à une co-réécriture de ce qu’il lit, le thérapeute pourrait orienter le sujet à partir de sa propre construction, de part son propre état du moment ou de son expérience de la veille . Dans le cadre de l’accompagnement par l’hypnose, nous allons donc faire le plus d’efforts possible pour ne pas aller dans l’interprétation , mais d’avantage vers la projection de l’état désiré énoncé clairement par le sujet , et c’est  là notre travail, que ce soit le plus clairement possible . Ce qui peut dans un premier temps paraitre frustrant , va permettre de poser la question de la fin de la plainte si chère à François Roustang .